Lionel

La Calypso

calypso.1

La Calypso était à l’origine un dragueur de mines à coque en bois construit avec cinq autres bateaux identiques pour la Royal Navy britannique par la Ballard Marine Railway Company de Seattle dans l’État de Washington, aux États-Unis. Elle était alors une BYMS (British Yard Minesweeper) Mark 1 Class Motor Minesweeper, dont la construction fut décidée le 12 août 1941 avec la désignation BYMS-26. Elle fut lancée le 21 mars 1942 et mise en service dans la Royal Navy en février 1943 comme HMS J-826. On l’affecta au service actif en mer Méditerranée, où un de ses jumeaux explosa. Reclassée comme BYMS-2026 en 1944, elle fut basée à Malte pour être finalement supprimée du Registre Naval en 1947.

Après la Seconde Guerre mondiale, elle assura un service de ferry entre Malte et l’île de Gozo et fut rebaptisée du nom de la nymphe Calypso, dont l’île mythologique d’Ogygia était associée à Gozo.

Le milliardaire irlandais et ancien député Thomas Loel Guinness acheta la Calypso en 1950, au travers de la Société Anglo-Française Auniac-Guinness2, et un de ses jumeaux pour la transformer en yacht de luxe. Cependant, il la loua à Cousteau qui cherchait un navire pour un franc symbolique par an. Celui-ci la fit transformer et aménager à Antibes en navire d’expéditions et de base de soutien pour la plongée, tournages de films et pour la recherche océanographique. Elle passa ses premières années d’explorations dans les mers Rouge et Méditerranée pour le compte de sociétés privées, car elle était à l’époque le seul bateau océanographique indépendant. Elle transportait alors une équipe et du matériel de pointe, y compris deux mini-sous-marins développés par Cousteau baptisés « puces de mer SP-500 », une soucoupe de plongée Denise SP-350 et des scooters sous-marins. Le navire fut également équipé d’une chambre d’observation vitrée située dans le nez à trois mètres sous la ligne de flottaison, et adaptée pour accueillir du matériel scientifique et une plateforme pour hélicoptère sur l’arrière.

La Calypso, Que devient-elle ?

Depuis l’incendie survenu dans la nuit du 11 au 12 septembre 2017, l’Équipe Cousteau n’a fait aucune communication officielle quant à l’état de la Calypso et les conséquences du sinistre sur son chantier de rénovation en Turquie. On n’en sais pas plus pour l’instant, la fondation ne réponds pas aux questions des journalistes, mais précise qu’elle sera rénovée.

Aucune date pour sa mise à l’eau… à suivre.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Remorqueur le Pétrel

le petrel

Le nom de « Pétrel », est le nom donné à des oiseaux marins, mais c’est aussi celui d’un remorqueur construit en 1966, et seul rescapé d’une famille de trois navires. Après avoir vaillamment officié durant de longues années dans le port de Nantes, sa destinée est sombre car l’issue fatale est là, celle des chalumeaux des ferrailleurs.

Mais c’est sans compter sur le hasard qui parfois fait bien les choses.

Un homme de cinquante ans, amoureux de la mer et à la recherche d’un bateau pour en faire sa résidence permanente, le découvre et c’est le coup de foudre

C’est ainsi que le « Pétrel » connaîtra une seconde vie.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

En Exposition

calypso+lionel

Lionel A. devant la calypso et l’Héros

2016-03-18_235242

L’Héros